Je lis "L'ami Fritz" de Erckmann-Chatrian (51%)

dimanche 23 avril 2017

Question de nez

L'expression "Ça lui pend au nez" n'est pas une allusion au spectacle peu appétissant de sécrétions nasales qui sortent d'un nez sale. 

C'est une image censée illustrer un danger  ou un problème imminent qui est suspendu là juste devant le nez d'une personne qui risque de se cogner dedans si elle n'y prend pas garde ! mais il reste une chance de l'éviter...



vendredi 21 avril 2017

L'ami Fritz - Erckmann-Chatrian

Lecture en cours
'L'ami Fritz-Erckmann-Chatrian

L'ami Fritz - Erckmann-Chatrian


Le début :

Fritz Kobus a hérité de son père assez de biens pour vivre confortablement. Il décide alors de profiter pleinement de toutes les belles choses que lui offre la vie : il aime boire et manger en compagnie de ses amis, il aime la chasse, les parties de pêche, les petites fêtes de son village.
Oui les sources de bonheur de Fritz sont simples : être avec ses amis, se montrer généreux avec eux et s'émerveiller devant la douceur de vivre dans leur charmant et si bucolique petite coin de province.
Fritz refuse avec son habituelle bonne humeur les conseils de son grand ami le rabbin David Sichel qui voudrait bien le voir marié et qui soutient que le seul vrai bonheur, c'est de fonder une famille et de faire le maximum pour les siens.

Mon avis :


Fritz est extrêmement sympathique ; le lecteur l'imagine aisément se réveiller tous les matins dans son lit douillet et se réjouir de la nouvelle journée qui se présente et qui commencera avec un superbe petit-déjeuner préparé  par la brave cuisinière Katel.
Quelle douceur de vivre dans cette merveilleuse Alsace du  19ème siècle (même si elle est rattachée à la Bavière) !
Fritz tombera-t-il un jour amoureux ?


jeudi 20 avril 2017

Pistes à suivre

Possibles prochaines lectures : j'ai glané ces titres dans mon exploration matinale d'Amazon...

certains de ces romans sont trop chers pour ma bourse : j'attendrai une promo, comme d'hab...


mardi 18 avril 2017

Ma tante Giron - René Bazin

Ma tante Giron-René Bazin

Dans ces pages, René Bazin célèbre la beauté du Craonais et la douceur d'y vivre en 1828.
On trouve ici des scènes de chasse, qui sont surtout un hymne aux superbes paysages, à la faune innombrable et aux hommes qui se promènent, dans le pays. Et puis des dîners dans les demeures de la bourgeoisie rurale, animés par des histoires sans fin, pleines de la bonhomie et de la simplicité heureuse et généreuse des gens de ce pays .
Des récits merveilleusement écrits se succèdent : les mystères des brumes, sur les croyances qui accompagnent certains métiers des campagnes, un amoureux qui ne sait comment obtenir que son élue lui prête attention, une charrette bloquée dans  la boue d'une mare.
Il y aura également un drame : celui d'Annette qui perd la raison parce que son père veut la marier alors qu'elle désire entrer au couvent.
La couverture illustre la scène de pêche au Pré des Olivettes (chapitre 14) où Jacques de Lucé réalise qu'il est éperdument amoureux de Marthe de Seigny.
Un roman magnifique, comme tous ceux de René Bazin, même si je préfère "Le blé qui lève" et "La terre qui meurt"


dimanche 16 avril 2017

L'identité - Milan Koundera


Mon avis :

Je n'accroche pas du tout, je vais arrêter ...

samedi 15 avril 2017

Le livre des Baltimore - Joël Dicker


Le livre des Baltimore

Le début :

Deux branches d'une famille : celle de Nathan, bourgeoise, est éclipsée par la gloire , la richesse et la renommée de la branche de Saul.
Les enfants, toutefois, s'adorent et les trois jeunes cousins ne pensent qu'à se retrouver pour jouer ensemble.


Mon avis :

Formidable.
L'auteur  évoque de façon brillante et captivante l'engouement de Marcus pour la famille de son oncle et l'adoration pour ses cousins qui amène l'enfant à quasiment oublier sa propre famille pour rêver de faire partie de l'autre clan. Les joies , les peines, les grands bonheurs et les drames rencontrée par ce joyeux groupe d'enfants privilégiés sont illustrés avec  une sincérité  et un enthousiasme qui font que le lecteur devient lui aussi un Goldman. Les années qui passent et les circonstances qui voient le clan évoluer sont racontées avec beaucoup de réalisme et la lucidité de Marcus fait évoluer le roman qui passe de l'émerveillement d'un enfant aux yeux écarquillés de bonheur à l'amertume d'une jeune adulte qui voit s'effondrer ses affections, ses rêves et ses illusions d'enfant et qui se construit, malgré tout, une vie d'adulte équilibré et conquérant.

Magnifique, j'ai adoré !