J'ai terminé "Le chant des dunes" de John Connolly

mardi 14 mars 2017

Thrillers : à chacun ses limites



Pour ce qui est de l'évocation de la violence dans un texte, chacun d'entre nous a son propre seuil de tolérance.

Je me rends bien compte, au vu des critères des nouvelles générations abreuvées de jeux virtuels guerriers et déjà, hélas, indifférentes et blasées par le sang qui gicle de toutes parts, que mon seuil à moi est assez bas, pour ne pas dire très bas.

Je tenais à le préciser car je m'en voudrais de vous détourner de polars et thrillers susceptibles de vous offrir malgré tout un bon moment de lecture.

J'ai d'ailleurs pris moi-même l'habitude, lorsque je "tombe" -le mot est plus qu'adéquat- sur certains détails pénibles, de sauter simplement le paragraphe.

Les images et étiquettes que je place en début de chronique n'ont donc pas pour but de vous dissuader de lire le roman en question mais juste de vous avertir  que, si vous êtes comme moi sujets aux cauchemars etc,., certains passages pourraient vous choquer.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire